Au pays de Dinou

C'est drôle comment la vie fais bien les choses 🙂

Ă€ l’adolescence, dĂ©but 90 (Oui je sais je suis vieille hihi), j’aimais beaucoup m’installer devant un bon livre (encore aujourd’hui j’ai toujours un livre pas loin de moi). Ă€ cette Ă©poque, je suis tombĂ© sur une auteure qui m’a fait dĂ©couvrir l’univers des enfants Ă  besoins particuliers. Particulièrement, l’univers des personnes autistes. Ce qui me fascinait Ă©tait de lire ses rĂ©flexions face aux interventions qu’elle dĂ©sirait faire auprès des enfants de sa classe qui Ă©tait souvent considĂ©rĂ© comme perdu par l’école, tout cela afin de les aider Ă  avancer dans la vie. Surtout ne jamais les abandonner.
 
Torrey L Hayden…
 
… est une enseignante spĂ©cialisĂ©e auprès d’enfants en grande difficultĂ© psychologique, elle s’est spĂ©cialisĂ©e dans le domaine du mutisme sĂ©lectif. Dans les annĂ©es soixante-dix, c’Ă©tait une pionnière dans l’Ă©tude de ce phĂ©nomène psychiatrique peu Ă©tudiĂ© Ă  l’Ă©poque. Puis elle a choisi de raconter son travail avec ces enfants dans ses romans.
Torey hayden
J’ai eu un coup de foudre pour ce métier grâce à elle. À partir de ce moment-là, j’ai commencé à lire et à m’informer… surtout sur l’autisme. Cette clientèle m’intriguait et m’intéressait beaucoup, mais mon parcours professionnel n’a pas du tout commencé comme je l’avais imaginé.
 
Imaginez!
 
Dans les dĂ©but 90, le programme d’Éducation spĂ©cialisĂ© Ă©tait très contingentĂ©. Comme je n’avais pas une bonne cĂ´te R pour entrer au cĂ©gep de mon coin dans ce programme et que je n’avais pas envie de m’exiler Ă  l’autre bout de la province (Abitibi? Oh my god c’est un peu loin de St-Julienne). Auriez-vous eu le cran Ă  16 ans de partir loin de votre monde et sauter dans l’inconnu?
 
Moi non! J’étais une fille trop insĂ©cure et peu confiante en moi. Alors la suggestion de mon orienteur avait Ă©tĂ© de m’inscrire au programme de Technique en service de garde afin d’avoir un pied au cĂ©gep de la rĂ©gion, puis de faire une demande de changement de technique afin d’aller dans ce qui me passionnait, l’Ă©ducation spĂ©cialisĂ©e.
 
Wow! J’adore mes cours…
 
Contre toute attente, j’ai adoré mes cours et surtout mes stages en petite enfance. Une nouvelle passion venait d’être découverte. Tu sais… tellement passionné que j’étais le genre de fille qui n’avait pas d’enfant et qui pouvait passer plus d’une heure dans la rangée des jouets au magasin. Ok j’avoue qu’en 2018 même si mes enfants sont rendus de jeunes adultes… ça m’arrive encore de traîner dans la rangée des jouets. Ma fille doit souvent me tirer par le chandail et me dire « Non maman » lolll
17 ans…
 
C’est l’âge que j’ai commencĂ© Ă  Ă©tudier dans le domaine et c’est le nombre d’annĂ©e que j’ai Ă©tĂ© Ă©ducatrice en service de garde. J’ai adorĂ© ce travail, cela m’a permis :
  • Avoir mes enfants près de moi quand je travaillais;
  • CrĂ©er de belles amitiĂ©s;
  • AcquĂ©rir de l’expĂ©rience auprès des tout-petits;
  • Soutenir les parents dans leur rĂ´le;
  • Trouver de nouvelles interventions, nouveaux jeux afin d’aider mes tout-petits dans leur dĂ©veloppement.
Le plus beau métier au monde…
 
Depuis le tout dĂ©but de ma carrière, je n’ai pas arrĂŞtĂ© de dire que nous avons le plus beau mĂ©tier du monde. Je sais c’est clicher, mais imaginez-vous arriver au travail et que la première chose qui se passe est le câlin d’un petit qui est content de vous voir arrivĂ©. J’ai adorĂ© travailler avec les tout-petits, leur soif de la dĂ©couverte, leur spontanĂ©itĂ©, voir l’évolution de leur dĂ©veloppement. Par contre, j’ai toujours su que je ne serais plus Ă©ducatrice Ă  l’âge de 60 ans, je voulais changer de mĂ©tier, tout en restant dans le domaine des enfants. De plus, au cours de ces annĂ©es en service de garde, j’ai travaillĂ© avec des enfants dont la DPJ Ă©tait dans le dossier, des enfants avec trouble de langage, difficultĂ© au niveau de leur dĂ©veloppement, des enfants agressifs, diffĂ©rents cas qui me demandait toujours de trouver de nouvelles interventions et Ă  me dĂ©passer. Ma 1ère passion refaisait surface.
 
C’est une des raisons qui m’a amenĂ©e Ă  retourner sur les bancs d’Ă©cole. Aller chercher la formation qui me manquait suite Ă  ma formation en service de garde, prĂ©parer mon avenir professionnel. Suite Ă  un dĂ©fi, je me suis inscrite Ă  l’universitĂ© pour mon 1er certificat en petite enfance : intervention prĂ©coce, puis un de mes professeurs nous avais parlĂ© d’un nouveau certificat (Intervention en dĂ©ficience intellectuelle) qui m’intĂ©ressait beaucoup. De fil en aiguille, je suis en train de terminer mon 3e certificat (Certificat en intervention psychoĂ©ducative) afin d’obtenir un BACC par cumul. J’aime aller suivre diffĂ©rentes formations afin de rester Ă  jour et d’aller chercher de nouveaux outils pour aider mes petits-cocos et leur entourage.
 
Changement Ă  l’horizon…
 
Un soir, j’ai rencontrĂ© une femme par l’entremise du cousin Ă  mon chum, on sait vu seulement une fois, mais elle a changĂ© ma vie sans le savoir. Car en 2011, j’Ă©tais en questionnement Ă  savoir si j’allais continuer mes cours Ă  l’universitĂ©, je fermais mon milieu familial, je ne savais plus du tout vers oĂą me diriger et le goĂ»t de tout lâcher. Mon chum lui a racontĂ© mon questionnement et on s’est mis Ă  parler ensemble, puis elle m’a proposĂ© de lui envoyer mon cv afin de le transmettre Ă  une de ses amies directrice qui offraient des services aux enfants Ă  besoins particuliers. Ok je vous avoue que je lui ai envoyĂ© en me disant que c’Ă©tait sĂ»rement une offre lancĂ© comme ça et qu’il n’y aurait pas de suite.
 
J’ai fermĂ© mon milieu familial 2 semaines plus tard, fais quelques remplacements ici et lĂ , mais rien de fixe Ă  l’horizon. 2 mois plus tard… je reçois un appel de l’amie de cette femme qui me passe immĂ©diatement en entrevue tĂ©lĂ©phonique, l’après-midi mĂŞme je me rends au bureau et… j’obtiens un poste. Oui! Oui! Je venais d’ĂŞtre engagĂ©e pour aller faire de la stimulation de langage dans des cpe, milieux familial de la rĂ©gion. J’ai travaillĂ© pour eux pendant plus de 3 ans, oĂą j’y ai fait de belles rencontres, accompagner des enfants, soutenu des Ă©ducatrices et acquis une belle expĂ©rience. Dans la mĂŞme annĂ©e, j’ai travaillĂ© comme Ă©ducatrice pour les enfants ayant une dysphasie ou un trouble de langage (autant comme directrice-adjointe qu’Ă©ducatrice). J’ai aussi eu des contrats au privĂ© avec des tout-petits en stimulation langage dans un cpe. Tranquillement, la vie m’a jouĂ© un tour en me ramenant vers mes deux passions de jeunesse, celle de travailler avec les enfants et surtout avec ceux qui ont des besoins particuliers.
 
La vie est si fragile…
 
En 2016… J’ai eu de graves ennuis de santĂ© qui fait que j’ai dĂ» m’arrĂŞter de travailler pendant une longue pĂ©riode, vivre des traitements. Durant la mĂŞme pĂ©riode, il y a eu des coupures Ă  l’organisme oĂą je travaillais dont mon poste de directrice-adjointe. Vous direz quelle mauvaise annĂ©e! Oui c’est vrai, mais comme je dis toujours: « Il n’arrive jamais rien pour rien dans la vie. » C’est vrai, je n’avais plus rien professionnellement sauf un contrat (qui m’ont soutenu et attendu que je sois en forme pour revenir travailler auprès de leurs petits cocos), alors ce n’est pas le bon moment pour se lancer dans le vide, non?!
 
Nouveau dĂ©part…
bâtir un projet qui me tient à coeur
et qui traĂ®nait dans le fond d’un tiroir
depuis plus de 20 ans 🙂
 
Au Pays de Dinou